Good Contents Are Everywhere, But Here, We Deliver The Best of The Best.Please Hold on!

JP. Carp street-artiste international inspiré par le FC VEVEY UNITED

Après avoir séduit le public Indien lors d’une exposition. à New Delhi en Octobre.

l’artiste graffeur jp.carp expose à Vevey, en Suisse, à partir du 8 novembre 2019 à la galerie Art & Prestige. 17 oeuvres seront exposées pendant deux mois. Une exposition-événement qui retrace l’évolution de l’oeuvre de jp.carp au cours de l’année 2019. Le vernissage sera marqué par une performance live de l’artiste qui utilisera sa nouvelle source d’inspiration, les joueurs du FC Vevey United et plus précisément son milieu de terrain italien Stefano Protopapa, 23 ans.

Rouennais d’origine suisse, devenu en 2017 le fer de lance de l’abstraction dans l’art contemporain, jp.carp – de son vrai nom Jean-Philippe Carpentier – mettra en scène cette passerelle entre calligraphie abstraite et football en adaptant une photo du joueur à son art (voir ci-dessous). Elle sera intégrée à l’exposition dès la fin du vernissage.

Par ailleurs, il présentera une autre sélection de ses oeuvres de street art mettant en avant l’utilisation de spray et technique mixte, à partir du 12 novembre à Mont-Saint- Aignan, en Normandie. Initiée par l’association Artcango, qui veut rapprocher les mondes de l’entreprise et de l’art contemporain, l’exposition Vatine Art permet à des artistes d’héberger leurs oeuvres dans les quelque 300 entreprises que compte le Parc de la Vatine, près de Rouen. Une exposition individuelle suivra non loin de là, Galerie Saint-André à Mont-Saint-Aignan, en 2020.

En dix-huit années de création, d’évolution artistique et de performances aux quatre coins du monde, l’exposition Team Spirit de Vevey constitue le premier projet de jp.carp dans le pays dont sa mère est originaire, la Suisse.

L’événement

L’artiste graffeur jp.carp expose 17 de ses oeuvres, du 1er novembre au 21 décembre, à la galerie Art & Prestige de Vevey, en Suisse. D’origine suisse, il est pour la première fois dans le pays natal de sa mère en tant qu’artiste. Les oeuvres présentées illustrent l’évolution des techniques utilisées par jp.carp, en 2019. Mais c’est la 18ème oeuvre, celle conçue en live lors du vernissage de Team Spirit, vendredi 8 novembre, qui créera l’événement. A partir d’une photographie du joueur de football Stefano Protopapa, 23 ans, milieu de terrain italien d’origine veveysane du FC Vevey United, il créera un exemple de calligraphie abstraite, sa nouvelle spécialité. Le numéro 21 du club local, évoluant en 1ère Ligue suisse – la 4ème division nationale – présent au vernissage, verra son image transformée en oeuvre d’art à coups de pochoirs, d’aérosols, de peinture et d’art numérique.

Partant de l’idée que tous les graffeurs font de la calligraphie concrète, jp.carp utilise cette dernière en y adjoignant la technique de l’accumulation. Appliquée ici au thème du football, elle lui permet de produire une oeuvre inédite, toute en subtilité, révélant à la fois portrait, mouvement, émotion et dépassement de soi. Le sport est d’ailleurs un sujet récurrent dans son art : à Rouen, la ville ou il vit et travaille, l’artiste a créé à plusieurs reprises au profit d’associations sportives et de nombreuses toiles sont jalonnées de sportifs appliqués au pochoir.

Comme le révèle l’exposition Team Spirit d’Art & Prestige, jp.carp est un artiste multi- support. Un jean tournoyant dans le vide sera l’un des clous de la visite. Pour le Street Arthon 2019, organisé à Rouen en mai dernier, il a conçu une planche de skateboard révolutionnaire, équipée de deux flashcodes (voir ci-dessous).

Cette planche de skateboard s’inscrit dans une série d’oeuvres et d’installations qui font de jp.carp l’un des nouveaux maîtres de l’abstraction dans l’art contemporain. Tantôt peintes sur des supports mobiles, tantôt graffées in situ sur des objets ou les murs d’une galerie, les créations graphiques abstraites et les installations sont au cœur de sa création. Celle-ci, passée par l’art numérique, a évolué vers l’usage de plus en plus fréquent de techniques mixtes et surtout d’aérosols. C’est avec ces bombes de peinture, chères à Miss. Tic, Némo, Jef Aérosol ou Banksy que Jean- Philippe Carpentier est entré de plain-pied dans l’art contemporain et du street art en y apportant son regard critique et coloré.

L’artiste

Le travail artistique de jp.carp s’inscrit avec force dans l’art contemporain et le street art. Influencé par l’abstraction, il se place en rupture avec le style calligraphié et figuratif des graffeurs actuels. Pourtant, il y a quelques années encore, peu de choses rattachait Jean-Philippe Carpentier à cet univers.

Passionné par l’art – il possède une imposante collection privée -, il s’est d’abord livré à la peinture acrylique, sur toile. Le triomphe de la photographie numérique aidant, il a exploré l’art digital, surfant sur des événements d’actualité – la mort de Karl Lagerfeld ou l’incendie de Notre-Dame de Paris récemment – les défilés de la Paris Fashion Week ou des portraits de figures contemporaines pour réinterpréter l’image et inviter à la réflexion sur les codes de la communication et du marketing.

Toujours attaché à l’idée que l’art doit pouvoir être accessible au plus grand nombre, il a fait de la nécessité de rendre l’art tout terrain la question centrale de son travail et de sa démarche artistique. Ainsi, il multiplie aujourd’hui les supports et les matières et investit les lieux les plus divers pour distiller et exprimer son oeuvre.

Ancré plus que jamais dans son temps, chacune de ses créations est partagée sur Twitter et Instagram, réseaux sur lesquels il compte respectivement plus de 12.100 et 12.300 abonnés à travers le monde.

« Mon travail veut révéler l’intime, toucher l’âme du spectateur en le plongeant dans un monde coloré, plein de vie, expliquait-il en marge de l’exposition « L’Art est-il partout ? » en octobre 2017. Il se caractérise par l’usage de formes polychromes, pour partie stylisées, la vigueur du trait, l’usage de couleurs à dominantes vives et chatoyantes, le recours aux techniques diverses de l’huile, de l’acrylique, de l’encre et de l’aérosol. Tout en maintenant un usage constant des techniques artistiques classiques, il les combine avec les apports de l’informatique et les fait entrer dans le monde digital ».

Résidant et travaillant à Rouen, jp.carp a réalisé plusieurs expositions à l’étranger, principalement au Royaume-Uni, au Salvador et au Guatemala sous l’égide de l’ONU ainsi qu’en Espagne, pays où il est représenté par Ishtar Art Dealer et en Italie, où il est représenté par Marco Antonio Patricio. A Londres, il est exposé en permanence à la Galerie Dexter et sponsorisé par la société britannique StratAdviser.

L’an dernier, il a complété sa formation artistique en Histoire de l’art en s’intéressant à l’étude thématique « Représenter l’humain, représenter le sacré » à l’Ecole du Louvre.

JP.Carp